sábado, 17 de agosto de 2013

Grumeaux


http://3.bp.blogspot.com/-6VBnUXKOO3Q/Tv32DCP7woI/AAAAAAABxMU/rRFXNHnNSXQ/s400/spring3.jpg Le grumeau c'est l'étranger. Dans la ville chinoise, qui est toute flux, le grumeau obstrue le trottoir, retarde la file. Il demande des explications, fait répéter, perd même de précieuses secondes à saluer le chauffeur de taxi au lieu d'ordonner sa destination. Il traîne à table au lieu de laisser la place, renverse les sauces. Il ignore les tarifs, égare son ticket dans une des poches dont son vêtement et son bagage encombrant sont garnis; quand il l'a retrouvé il ne sait dans quelle fente de la machine l'introduire, le préposé résigné lui ouvre le tourniquet sans demander d'explication. 
Comme le grumeau est étranger, il ne parle probablement pas chinois. Il souffre donc de la présomption d'imbécillité et on le voit arriver avec une appréhension méprisante. L'habitué réagit en l'ignorant encore plus fortement qu'on ignore son prochain en Chine. On double le grumeau, on le contourne. Au guichet on tend son billet au préposé en travers du visage du grumeau, il pourrait le manger au passage s'il osait.
Ne croyez pas que cela n'arrive qu'à Shanghai ou dans les métropoles. Dès qu'il y a agglomération en Chine il y a des foules affairées qui visiblement souhaiteraient ajouter une 25eme heure à la journée ou un 8eme jour à la semaine pour accroître un peu leur business. (Le seul loisir qu'on s'offre semble être les jeux d'argent : cartes, majong ou loteries). Le grumeau méconnaît ce besoin du petit gain. Cette curieuse espèce ne survit probablement que dans l'abondance.

No hay comentarios:

Publicar un comentario